Vincenzo Mazza

VM photo EST HAR Enseignant au département d’arts du spectacle de l’Université de Picardie Jules Verne, Vincenzo Mazza est docteur ès Études théâtrales des Universités de Paris Nanterre et Roma Tre.  Il a publié en 2017 la monographie Albert Camus et L’État de siège. Genèse d’un spectacle, chez Classiques Garnier. Fondateur du groupe de recherche E.S.T. Études sur le théâtre, il a organisé plusieurs événements scientifiques, entre autres les colloques Le Théâtre d’Albert Camus et le Siècle d’or (Paris, février 2016), André Gide et le théâtre. Un parcours à re-tracer, avec le soutien de Fondation Catherine Gide (Paris, décembre 2017) et La Nostalgie au théâtre, coorganisé avec Laurette Burgholzer (Paris, avril 2019).

Contact : vincenzo.mazza@etudes-sur-le-theatre.fr

Domaines de recherche

  • Sources et méthodologie en historiographie théâtrale
  • Rapports entre dramaturges et metteur.e.s en scène
  • Histoire des arts du spectacle (XIXe – XXe siècles)
  • Analyse dramaturgique (XVIIe – XXIe siècles)
  • Scène contemporaine française et italienne
  • Mime et théâtre corporel

Projet en cours

Logos et engagement ou les formes plurielles de l’écriture scénique (XXe et XXIe siècles)

Le projet de recherche est une investigation sur les dramaturgies européennes qui conjuguent la centralité du texte et de la parole en scène, avec leur inscription dans l’actualité socio-politique. Le premier volet est constitué par le colloque international « Entre logos et engagement. Le théâtre d’Albert Camus et de Jean-Paul Sartre » (Paris, novembre 2021). Le deuxième volet se consacrera à la création contemporaine à partir des années 2000. Il s’agit de questionner le retour du texte littéraire, verbal, au centre de la production spectaculaire. Si pour Sartre et ses contemporains l’écriture dramatique semble garder la même forme qu’elle a gagné depuis le XVIIe siècle (auteur unique, structure dramatique, rédaction du texte préalable au spectacle, « Sire le mot »), dans le cas de Camus il y a une ouverture sur des processus d’écriture et d’esthétique « de plateau » avant la lettre, notamment dans sa collaboration avec Jean-Louis Barrault. Dans la création contemporaine, les dramaturgies plurielles, comprenant l’écriture dramatique conventionnelle et ce que l’on appelle les écritures de plateau, on étudiera l’engagement comme portée éthique, politique et esthétique de l’écriture théâtrale et le logos, non seulement pour indiquer la transposition scénique de la parole, du discours, mais également pour rappeler qu’il est l’instrument de la raison.

Durée du projet : 2019-2024.

Perdre la face – Das Gesicht verlieren – Perdere la faccia. Constructions et déconstructions des identités sur la scène contemporaine   

Projet franco-italo-allemand en collaboration avec Laurette Burgholzer (Université libre de Berlin) et Guido Di Palma (Université de Rome La Sapienza)

Le projet de recherche se consacre aux procédés de construction et de déconstruction des identités – ethniques, de genre, d’espèce, culturelles et autres – sur la scène contemporaine. On peut observer actuellement une multitude de stratégies artistiques qui visent à défaire et refaire le visage humain entendu comme marque d’une singularité, alors que l’époque est caractérisée par la reconnaissance faciale dans l’espace public et l’exposition (numérique) des images du visage. Dans les zones liminales entre théâtre, danse, performance, arts plastiques et marionnette, de nombreux artistes recourent à des formes hybrides, nourries de masques de théâtre et de carnaval traditionnels, de l’animation d’objets et de matières, de procédés technologiques, et emploient des moyens dynamiques de masquer et de démasquer les acteur.trice.s., de changer leurs morphologies et leurs peaux. Les articulations de cet effacement-remplacement du visage humain comporte également des formes de désincarnation, allant jusqu’à la projection d’effigies de visages sur scène. Dans un contexte discursif de transhumanisme ou posthumanisme, ainsi que de revendications identitaires, comment troubler les identités sur scène, comment dessiner une altérité incarnée, comment même effacer l’humain de la scène ? Des études de cas porteront notamment sur Olivier de Sagazan, Maguy Marin, Crystal Pite, Miquel Barceló, Josef Nadj, Denis Marleau et Rafi Martin.

Le projet prolonge, entre autres, les travaux sur les corporalités hybrides et le colloque Désuni. Conceptions d’identité dans le théâtre de marionnette (Berne, janvier 2020), initiés par Laurette Burgholzer, le travail sur des études de cas et des explorations pratiques menés par Vincenzo Mazza dans ses enseignements d’analyse de spectacles et dans ses ateliers (Université Paris 8, Université Paul Valéry – Montpellier 3), ainsi que les recherches sur le masque de théâtre menées par Guido Di Palma.

Durée du projet : 2020-2024.

Pédagogie

Vincenzo Mazza enseigne en arts du spectacle à l’université et en école d’art dramatique. Ses enseignements portent sur l’analyse de spectacles, l’histoire de la mise en scène, les théories du théâtre, l’histoire de la scénographie, l’analyse dramaturgique (XVIIe – XXIe siècles), l’histoire du théâtre (XVIIe – XXIe siècles). Il dirige également des ateliers d’écriture et de pratique théâtrale. Il a enseigné dans les institutions suivantes :

  • Université de Picardie Jules Verne
  • Université Paris Nanterre
  • Université Paris 8 – Vincennes Saint-Denis
  • Université Paul Valéry – Montpellier 3
  • Università Roma Tre
  • École supérieure d’art dramatique de La Comédie de Saint-Étienne
  • École supérieure d’art dramatique de Paris

Publications (sélection)

Monographie

Albert Camus et L’État de siège. Genèse d’un spectacle, coll. Études sur le théâtre et les arts de la scène, Paris, Classiques Garnier, 2017.

Anthologie

Jean-Louis Barrault, introduction et choix des textes par Vincenzo Mazza, préface de Béatrice Picon-Vallin, coll. Mettre en scène, Arles, Actes Sud-Papier, 2020.

Direction d’ouvrage collectif

André Gide et le théâtre. Un parcours à retracer, (sous la direction de Vincenzo Mazza), coll. Bibliothèque gidienne, Paris, Classiques Garnier, 2021.

« Albert Camus et le Siècle d’or espagnol », dossier établi par Vincenzo Mazza dans Revue d’Histoire du Théâtre, no 280, 4e trimestre 2018.

Articles

« Camus et Barrault ou la fraternité au théâtre » dans La Revue des lettres modernes, série Albert Camus, no24, Classiques Garnier, 2019, p. 79-93.

« Theatre Against Totalitarianisms. L’État de siège, a Play by Jean-Louis Barrault and Albert Camus » dans Theatre as a Value-based Discourse, Elena Knopová (éd.), Bratislava, Veda, 2019, p. 47-61. (en anglais)

« Gide et Kafka réunis par le théâtre. Le Procès, un spectacle européen ? » dans André Gide, l’Européen, Martina Della Casa (éd.), coll. Bibliothèque gidienne, Paris, Classiques Garnier, 2019, p.179-192.

« Le Chevalier d’Olmedo au 6e Festival d’Angers. Tirades en plein air à l’encontre de Brecht et des brechtiens » dans Revue d’Histoire du Théâtre, no 280, 4e trimestre 2018, p. 101-116.

«Tumore: due corpi in balia di una tragedia. Uno spettacolo artodiano? » dans Prove di dramaturgia, Bologne, Titivillus, XXIVe année, no 1, mars 2018, p. 20-23. (en italien)

« Marguerite Duras et la Compagnie Renaud-Barrault, une rencontre féconde. Le cas de Des journées entières dans les arbres », dans Marguerite Duras. Un théâtre de voix / A Theatre of Voices, Mary Noonan et Joëlle Pagès-Pindon (éd.), coll. Faux titre, Leyde, Brill, 2018, p. 146-156.

« William Faulkner au croisement de deux hommes de théâtre : Albert Camus et Jean-Louis Barrault » dans Revue romane, no 52 (1), janvier 2017, p. 102-112.

« Gide face au Procès. Le récit kafkaïen au double passage de l’écrivain et de Jean-Louis Barrault pour sa transposition scénique » dans André Gide ou l’art de la fugue, Greta Komur-Thilloy et Pierre Thilloy (éd.), coll. Bibliothèque gidienne, Paris, Classiques Garnier, 2017, p. 137-149.

« Camus dramaturge, Camus homme de théâtre. Relire L’État de siège : un spectacle d’Albert Camus et Jean-Louis Barrault » dans (Re)lire Albert Camus, Fernando Gomes (éd.), coll. Exotopies, Paris, Le Manuscrit, 2016, p. 253-275.

« Entre opéra et théâtre total : Le Livre de Christophe Colomb de Paul Claudel. Un héros de la Renaissance à l’épreuve de l’adaptation scénique » dans Si canta l’empia…, Camillo Faverzani (éd.), Lucca, Libreria Musicale Italiana, 2016, p. 315-325.

« Le “Patron” et l’élève : quelques dates clés pour éclairer le rôle de Jacques Copeau dans l’envol professionnel de Jean-Louis Barrault », dans Jacques Copeau, hier et aujourd’hui, Milos Mistrík (éd.), Bratislava/Paris, Veda/Les Éditions de l’Amandier, 2014, p. 215-227.

« L’antiquité à l’opéra chez Jean-Louis Barrault ? De La Danse des morts (1941) à La Peste (1970), un parcours à tracer », dans Euterpe et l’empereur, l’Antiquité et l’opéra, Camillo Faverzani (éd.), Saint-Denis, Presses Université Paris 8, 2014, p. 41-56.

Colloques et journées d’étude

Colloque international et interdisciplinaire : La Nostalgie au théâtre, organisé avec Laurette Burgholzer. L’événement a eu lieu à Paris les 10, 11 et 12 avril 2019 au Collège d’Espagne (CIUP) et au site Richelieu de la Bibliothèque nationale de France.

Journée d’étude : Camus en scènes. Repenser l’actualité d’un auteur, organisée avec Joëlle Chambon et Arianna De Sanctis. La journée d’étude a eu lieu à Montpellier le 10 octobre 2018 au Théâtre la Vignette.

Colloque international : André Gide et le théâtre, un parcours à re-tracer, organisé avec le soutien de la Fondation Catherine Gide et du Laboratoire ILLE (Université de Haute-Alsace). Le colloque a eu lieu à Paris les 7, 8 et 9 décembre 2017 au Collège d’Espagne (CIUP) et au site Richelieu de la Bibliothèque nationale de France.

Colloque interdisciplinaire : Le Théâtre d’Albert Camus et le Siècle d’or, organisé avec le soutien de l’EA 4414 Université Paris Nanterre, du Collège d’Espagne (CIUP) et de la Société des études camusiennes. Le colloque a eu lieu à Paris les 5 et 6 février 2016 au Collège d’Espagne (CIUP).

Affiliations

« Chercheur gidien » du Centre d’études gidiennes de l’Université de Lorraine depuis 2018. https://www.andre-gide.fr/index.php/le-ceg/annuaire-des-gidiens/43-vincenzo-mazza

Membre du CA de la S.E.C. Société des études camusiennes depuis 2017.  http://www.etudes-camusiennes.fr

Membre chercheur de l’EA 4414/HAR de l’Université Nanterre depuis 2010.  https://har.u-paris10.fr/les-chercheurs/docteurs-et-doctorants/2594-2/

Membre fondateur du groupe international de recherche E.S.T. Études sur le théâtre depuis 2014.  www.etudes-sur-le-theatre.fr