publications

 

Revue d’histoire du théâtre, n° 280, Albert Camus et le Siècle d’or espagnol (dossier établi par Vincenzo Mazza)

rht280.PNGLe théâtre et l’Espagne ont marqué de façon déterminante l’existence et l’œuvre d’Albert Camus. Deux passions qui lui permettent de travailler en équipe et, entre autres, d’être solidaire de la cause du peuple espagnol opprimé par le régime franquiste. Dans la perspective esthétique et éthique de Jacques Copeau, Camus trouvera sa place dans la constellation des réformateurs de l’art dramatique, à l’instar de Charles Dullin ou de Jean-Louis Barrault. Ce volume vise à mettre en lumière les sources historiques et les pratiques d’adaptation, les mises en scène et réflexions théoriques qui constituent les traces d’une postérité du Siglo de oro dans le théâtre français du début du XXe siècle. Un article consacré aux intermèdes musicaux des comédies-ballets burlesques de Molière, les archives de la Société d’histoire du théâtre et les actualités des parutions complètent ce numéro de la Revue d’histoire du théâtre.

Revue d’Histoire du Théâtre

Sommaire

Vincenzo Mazza, « Avant-propos ».

Le siglo de oro et le théâtre du XXe siècle : à la recherche de modèles ancestraux

Christophe Couderc, « Espaces dramatiques et scéniques dans Le Chevalier d’Olmedo de Lope de Vega ».

Laurette Burgholzer, « Passion espagnole. Traces du Siglo de oro dans le théâtre de Charles Dullin, Jacques Copeau et Albert Camus ».

Hispanicité : appropriations et usages de l’altérité

Christian Biet, « Spectacles français et contrepoints ibériques. Numanciens héroïques, pesteux de Cadix au XXe siècle, gentilshommes espagnols et fous sévillans au XVIIe siècle ».

Marie Sorel, « Montherlant et Camus face au théâtre du Siècle d’or. Deux sens de l’honneur et de la grandeur ».

Camus face à la dramaturgie espagnole : adaptations et fantasmes

Yves Germain, « Échos de l’auto sacramental caldéronien dans L’État de siège d’Albert Camus ».

Pierre-Louis Rey, « La Dévotion à la croix est-elle une pièce camusienne ? »

David Walker, « Amour et Tragédie dans Le Chevalier d’Olmedo d’Albert Camus ».

Vincenzo Mazza, « Le Chevalier d’Olmedo au 6e Festival d’Angers. Tirades en plein air à l’encontre de Brecht et des brechtiens ».

 

⊂ – – – ⊃

 

 

Vincenzo Mazza, Albert Camus et L’État de siège. Genèse d’un spectacle

Classiques Garnier, 2017, 459 p.

 

L’État de siège est le résultat de la seule collaboration entre Albert Camus et Jean-Louis Barrault. Le spectacle, qui a été présenté le 27 octobre 1948 au Théâtre Marigny, s’inscrit dans les recherches de Camus d’un « tragique moderne » et de Barrault d’un « théâtre total ». Retracer l’histoire et l’historiographie de L’État de siège oblige à considérer la genèse d’un spectacle qui commence par la fréquentation de Barrault et Artaud au milieu des années Trente, se poursuit avec la tentative de collaboration avec Sartre pendant l’Occupation et aboutit à l’attelage avec Camus après la publication de La Peste. « Je n’ai jamais cessé de considérer, dira Camus, que L’État de siège, parmi mes écrits, est peut-être celui qui me ressemble le plus. »

Classiques Garnier

49.00 €

 

 

Publicités